- À LA BELLE PLUME -
- Cabinet d'Écrivain Biographe - Écrivain Privé - André CORTIAL -
 

Un professionnel de l'Ecriture


     Messagerie : alabelleplume@laposte.net                            Tél : 06.38.42.75.62.

EN VENTE

Dernière Publication
Blibliothèque

ÉCRIVAIN BIOGRAPHE ÉCRIVAIN PUBLIC : FAUT-IL PAYER ?

Lundi 6 Juin 2016
2 commentaires

L’écrivain public n’est pas un service d’État !

 

Il m’est souvent arrivé de recevoir des appels ou des mails de personnes me demandant un courrier ou une correction de documents et lorsque je donnais le tarif correspondant ou adressais un devis, combien de fois ai-je eu pour retour une réponse du genre :

 
« Ah, mais je croyais que c’était gratuit ! » ou encore,
« Pour moi, vous pourriez faire une exception ! "
« Aurai-je droit à une réduction ? » ou mieux,
« J’ai vu des courriers à 10€ sur le net ! »
(Alors que je ne connais la personne ni d’Adam ni d’Ève).
 
 
 
L’écrivain public est un prestataire de services, comme l’est un coiffeur, par exemple, avec qui il ne viendrait à l’idée de personne d’essayer de marchander.
 
Lorsqu’on va chez le boulanger, le boucher, le marchand de journaux, on paie ce que l’on souhaite emporter ? Il en va de même pour tout autre achat ou service ? Si on se rend chez son médecin, on règle la consultation ? Donc, pourquoi ce ne serait pas le cas d’un écrivain public ?
 
L’écrivain public est un professionnel qui accède à la demande du client, son besoin, et de ce fait il n’est pas bénévole, il paie des charges et des impôts comme tout le monde, donc la rémunération est somme toute logique.

Dans le cas présent, « public » ne veut pas dire « service d’État ».
 

Gratuité rime rarement avec qualité


Oui, nous l’entendons souvent : « Mais j’ai trouvé bien moins cher ailleurs ! », voire gratuit… Et encore, quand on prend la peine de répondre à nos envois de devis… Alors c’est vrai, je l’avoue, je continue à passer du temps à expliquer, inlassablement, pourquoi payer « moins cher » n’est pas toujours une bonne affaire.
 
Il faut dire qu’Internet semble déjà proposer tout ce dont tout le monde a besoin, puisqu’il fourmille de modèles de lettres gratuits, de discours formatés, d’articles prémâchés. Se pose alors la question de savoir si l’on veut un service « discount » ou un travail unique et de qualité.

A choisir entre la confection de bonne facture d’un vêtement et la confection limite bâclée de Chine, du Sri Lanka ou d’ailleurs, mon choix est vite fait !
 
À rogner sur les coûts pour obtenir plus, il ne faut pas s’attendre à une qualité hors pair !

 
 
 
Le retour ne sera pas à la hauteur de ce que l’on souhaitait et… c’est normal ! Ceci justifie cela comme on dit, il en va de même concernant
 
les tarifs de l’écrivain public sans pour autant tomber dans l’excessif.
 
 

Des prestations sur mesure


J’ai demandé un courrier à plusieurs professionnels de l’écrit. J’en ai pris trois au hasard sur Internet : un à 10€, un à 35€ et un à 50€.

SURPRISE ! Entre le courrier type pour l’un qui ne répondait pas à ma demande, le courrier sans personnalisation franche, mais plutôt approximative pour le suivant, et le courrier bien argumenté pour le dernier, c’était pour le moins étonnant. Je ne préciserai pas ici lequel était le mieux, ce n’est pas le but du sujet.
 
Seul un courrier correspondait à ma demande initiale, car le professionnel en question ne s’était pas contenté de lire ma demande avec les détails qui j’y avais intégrés. Il avait pris le temps de me rappeler afin de clarifier certains éléments, d’obtenir des détails qui lui semblaient nécessaires, sans compter le temps de communication passé avec moi. Alors, sachant que l’écrivain public met tout son potentiel quand il est vraiment professionnel, c’est-à-dire le temps, l’écoute, les compétences, etc. le tarif est, certes, important, mais pas que…
 
Et n’oublions pas les nombreuses heures de travail peu ou non facturées, lorsque nous rédigeons des devis ou répondons aux messages ou aux coups de téléphones de personnes en quête d’informations, sans compter les recherches nécessaires à la rédaction ou la correction d’un document, les échanges avec les clients, les changements parfois importants à effectuer sur un document fini, etc.
 
J’ai testé le bénévolat en association. Lorsqu’il faut répondre à une demande de l’ordre de huit ou dix personnes en deux heures, je vois mal comment on peut rédiger des courriers en faisant une véritable personnalisation quant à la situation, parfois complexe, des demandeurs. Il apparaît logique qu’on ne puisse pas faire autrement que de réaliser des courriers succincts, limités, pour ne pas dire lapidaires.
 
À chacun ensuite de faire son choix, à savoir : porte-monnaie ou qualité et de frapper à la porte qui lui correspond !
 

Différence entre facturation et rémunération

 
 

 
Cela paraît sans doute évident à certains, mais pas à tout le monde, je vous le garantis : ce que l’écrivain public facture ne correspond pas à ce qu’il va toucher au bout du compte !
 
Pour ce qui est des charges, URSSAF, RSI, CFE, autres... il convient de déduire entre 25 et 50 % du montant facturé.
 
Vous pouvez faire un rapide calcul sur la base d’une lettre facturée 30 euros… Sans compter le budget de fonctionnement, variable selon la situation, et d’une année à l’autre aussi (achat de matériel, logiciels, formations, etc.).
 
L’écrivain public est à la tête d’une entreprise, certes petite, mais source de nombreux frais.
 
Être écrivain public, c'est exercer le métier de l'amour de la langue française, du respect des traditions, de la transmission, par l'écrit, de ce qui n'a pas de prix.
 
Faîtes-le savoir !
 
Avez-vous une question ?

Souhaitez-vous réagir à cet article ?

Votre avis m’intéresse.


Merci de laisser votre commentaire juste en dessous.

A bientôt sur ce blog.

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Commentaires :

Laisser un commentaire
  • Pierrette dit :
    14/6/2016 à 9h 57min

    Je ne comprends pas cette façon d'agir avec les gens. On s’imagine que tout est gratuit aujourd'hui dés que l'on parle de Publique... Il faudrait aussi rappeler que les impôts sont publics aussi...

  • emmanuel dit :
    14/6/2016 à 9h 55min

    Merci pour ces quelques lignes intéressantes et vraiment très instructives. encore............ Manu.